FONDEMENTS

Nous avons tous un parcours de vie jalonné d'interrogations, de souffrances, de découvertes inattendues et d'émerveillements. Nous sommes tous le fruit d'une histoire unique avec ses successions de mises au monde autour de rencontres et de séparations. Chacun de ces parcours est respectable.

                Ce projet est le résultat d'un cheminement, le mien, qui m' a permis d'établir des passerelles entre mon travail d'éducatrice et des évènements significatifs de ma propre histoire de vie. Depuis mes débuts en tant qu'éducatrice, j'ai cherché à renouveler ma pratique et à ajuster ma posture. Ma recherche d'une plus grande complétude et cohérence avec moi-même a servi de terreau à ce projet.

Depuis plusieurs années déjà, mais plus particulièrement depuis la naissance de ma fille aînée en 2014, je m’intéresse à la question d'une éducation qui soit actuelle, renouvelée et adaptée à notre société: Comment éviter de briser les petits d'Homme? Comment leur offrir le bénéfice d’une éclosion pour qu’ils grandissent en liberté ? Comment vivre et mourir dans ce monde en perpétuel mouvement ? En référence à Socrate avec son « connais-toi toi-même », le sens profond de l’éducation n’est-il pas de pénétrer en soi-même, de faire co-naissance avec soi avant tout ? J'ai donc décidé d'entamer une pratique réflexive de mes différentes expériences de vie, professionnelles et/ou personnelles, enrichies par des recherches documentaires qui m'ont permis de penser ce projet.

                Je me considère comme une exploratrice humaniste. Je choisis, chaque matin, de partir à l’aventure, une aventure éducative teintée de créations multiples.  Consciente que la curiosité de paire avec la créativité forment un puissant levier qui propulse l’innovation; je me suis alors lancée dans cette nouvelle expérience de création de structure itinérante et innovante en tant qu'éducatrice libérale.

Le paysage de notre société ne cesse d'évoluer. L'accélération de l'évolution technologique donne une nouvelle dimension à notre mode de vie qui  se caractérise par son instantanéité et sa diversité. Le citoyen actuel se voit interpellé par une pléthore de stimuli qui envahissent son environnement immédiat. Devant cette abondance de possibilités et d'informations, intensifiée par les objets connectés, il devient un "butineur-zappeur". 

                Après ces constatations, un questionnement incontournable m'anime : Comment soutenir les citoyens d'hier, d'aujourd'hui et de demain? Comment les aider à se différencier par leur degré d'ouverture à la nouveauté, leur aptitude à gérer le changement et à s'y adapter ainsi que leur capacité à intégrer l'incertitude comme une force?

 

 

Il y a d'abord une réflexion qui porte sur l'enfance. L'enfant, infans, n'est pas une entité abstraite. Pendant de nombreux siècles, l'enfant n'était pas au centre des réflexions. C'est Rousseau, par son livre "L'Emile et de l'Education" qui a donné à l'enfant une importance qui n' a fait que grandir. Puis, Jean Piaget, a su attirer l'attention sur le fait que l'enfant n'est pas un futur adulte mais qu'il a ses caractéristiques propres, son monde à lui. Ainsi, c'est l'adulte qui doit percevoir la réalité de l'enfance: l'enfant  passe par des métamorphoses. Pour l'adulte, il s'agit de renoncer à le projeter dans ses envies non assouvies mais au contraire d'avoir une visée créatrice qui accompagne l'enfant à se dévoiler et se réaliser.

 

Vient ensuite la question de l'éducation au sens large. Sans en reprendre les définitions, l’éducation est une aventure humaine qui va de la naissance à la mort. Il s'agit de l’aventure de la Vie. L'éducation est le moyen de lier le passé au futur. Dans une conception plus individualiste, l'éducation ne consiste pas à façonner un être humain mais à l’aider à se construire lui-même. Dans une vision collective, un extrait de la fédération des Francas, illustrant la portée de l’éducation, peut être cité: « Dans un contexte lourd d’incertitude, fait de menaces mais également de promesses, l’éducation constitue le levier essentiel pour permettre aux différentes générations de comprendre la complexité du monde d’aujourd’hui et d’inventer le monde de demain».

 

Et la pédagogie? Il s'agit, selon le Larousse, d'"une pratique éducative dans un domaine déterminé" ou "un ensemble de méthodes pour éduquer les enfants et adolescents". En ces sens, la pédagogie rejoint l'éducation. Actuellement, on parle soit de pédagogie traditionnelle, soit de pédagogies alternatives. Le modèle pédagogique que l’on qualifie de traditionnel est à entendre essentiellement en termes d'enseignement  magistral qui place le savoir au centre des apprentissages. Bien que les pédagogies dites alternatives soient nombreuses et prennent leur source dans différents courants de pensée, elles placent, quant à elles, l'enfant au centre des apprentissages. Ces dernières sont souvent assimilées à un « renouveau éducatif », les plus connues étant Steiner ou Montessori.

 

Puis il y a la question de la transmission. Si on s'en réfère à ses origines latines, transmittere [1] signifie littéralement "déposer au delà", de ce fait elle désigne l'action de parcourir. Dans ce sens, la transmission est entendue comme un mouvement constant: elle est présente, de façon consciente ou inconsciente, à chaque instant de la vie d'un individu et permet de se relier les uns aux autres. Il s'agit alors de s'attacher aussi bien au contenu à transmettre qu'à la manière de le transmettre. Edel Maex (psychiatre et enseignant Zen) nous parle de cette transmission invisible "En prêchant le respect à un enfant, on ne lui apprend pas le respect. En prêchant, on lui apprend à prêcher. Le respect est enseigné aux enfants en les respectant".

 

 

                Penser l’être et le devenir de chaque enfant, petit ou grand, est un vaste sujet… déjà bien évoqué et traité par des nombreux penseurs, pédagogues, philosophes, psychologues, médecins, éducateurs … qui ont tenté d'y répondre, à la lumière de leur unicité et de leur expérience.  La réalité me semble plus complexe et polymorphe, elle ne peut se réduire à un seul modèle théorique.

                Cette initiative éducative est une tentative de dépasser les cloisonnements actuels (âge, genre, territoire)  et de sortir de la dichotomie pédagogie alternative/ pédagogie traditionnelle. Le choix de réunir différents points de vue, pensées, méthodes, approches sur l’éducation, la pédagogie, la philosophie, la sciences est une façon de rester à l'écoute et de n'écarter aucune idée, ancienne ou actuelle, qui pourrait servir à créer une éducation en mouvement sans cesse renouvelée et adaptée à ce monde en pleine mouvance. A l’instar des pensées de la philosophie bouddhiste, être en conscience du mouvement permanent de la vie tend à favoriser l'émergence d'une éthique et une conscience de l'équilibre et de la nuance.

                Ce projet n’a d’autre ambition que de soutenir l’individu, quelque soit son âge, dans la conquête de son identité et "à grandir en humanité"[2].  Il s’agit ici de s’engager pour les enfants d’hier, d’aujourd’hui et de demain.

 

[1] Dictionnaire historique de la langue française ,2010, Le Robert

[2] Expression empruntée à Frédéric Lenoir, philosophe et sociologue

Philosophie de l’action : références théoriques 

 

                Il  s'agit ici de recenser les courants de pensée et quelques citations et de résumer les nombreux concepts et théories élaborées  sur lesquels se fonde l'action menée en tant qu'éducatrice libérale.

Les grands courants

  • Neurosciences : cognitives (neuroéducation) - affectives et sociales 

  • Psychologies du développement de l’enfant : Freud, Dolto, Lock, Winnicott, Wallon, Piaget

  • Psychologie des besoins : Maslow

  • Education humaniste : Socrate, Comenuis, Rabelais, Montaigne, Rousseau,Tolstoï, Bouddha, Krishnamutri, Humanisme Rhénan, Vivès, Carl Rogers

  • Pédagogie active : Séguin, Ferrer, Montessori, Steiner, Freinet, Decroly, Pestazzoli, Dewey, Kerschensteiner, Faure, Education Nouvelle (Ferrière)

  • Education populaire: Freire, Les Francas

  • Concepts d'éducation émotionnelle, de communication non violente (Rosenberg), de pleine conscience, médiation et yoga laïque, d'intégration neuro-sensorielle (Itard)

Les neurosciences cognitives  appartiennent à la médecine dont l'objet est l'étude du fonctionnement du cerveau et des facultés de cognition, c'est-à-dire les fonctions de raisonnement, de mémorisation, de perception, de motricité ainsi que le langage.

Les neurosciences affectives et sociales  sont des sciences développées au 21ème siècle. Elles étudient les activités cérébrales lorsque nous vivons des émotions et que nous sommes en relation avec les autres. Les concepts d'empathie et de bienveillance entrent désormais dans la domaine scientifique.

Les pédagogies actives ont pour objectif de mettre l’individu au centre du processus éducatif en le rendant acteur de ses apprentissages, et considèrent que l'individu est capable de construire ses avoirs par un processus de recherche qui l’autonomise.

 

La pédagogie Montessori  se fonde sur l’éveil sensoriel de l’enfant et le développement de son esprit d’autonomie et d’adaptabilité. Il s’agit d’un travail individualisé utilisant du matériel autodidactique, ce qui n’exclut pas la possibilité d’un travail collectif avec des règles de vie responsabilisantes. L’adulte-éducateur agit en tant qu’autorité reconnue mais bienveillante, ouverte et attentive aux rythmes et aux besoins de chaque enfant.

 

La pédagogie Steiner a une conception spirituelle de l’être humain. La nature de l’homme est à la base de toutes les activités éducatives de ce courant dont l’objectif ultime est l’intégration harmonieuse de l’entité spirituelle (âme-esprit) avec l’entité physico-corporelle de l’être humain. Dans cette éducation, la place de l’art est centrale.

 

La pédagogie Freinet est fondée sur la liberté et l’expression libre des enfants. Elle vise à stimuler le travail coopératif sur la base de l’intérêt des enfants. La relation à l’adulte se situe sur un niveau de parité renversant ainsi les relations verticales présentes dans les autres pédagogies. Elle œuvre pour l’émancipation de l’individu et du monde. C’est pourquoi le développement de l’esprit critique des enfants est au centre de cette philosophie éducative.

 

La pédagogie Decroly repose sur quatre fondements majeurs.  Le concept de base est la globalisation: l'enfant apprend globalement. Ses centres d'intérêts deviennent les guides de l'éducation. Vient ensuite l'environnement naturel qui place l'enfant dans une situation de découverte. L'école devient un atelier ou un laboratoire dans lequel l'enfant vit et agit. Il préconise l'éclatement des lieux d'apprentissage puisque chaque moment de vie en est une source.

 

L'éducation nouvelle (Ferrière) est un courant pédagogique qui défend le principe d'une participation active des individus à leur propre formation. L'apprentissage, avant d'être une accumulation de connaissances, est un facteur de progrès global de la personne.

 

L'éducation populaire,en tant que courant de pensée, cherche principalement à promouvoir, en dehors des structures traditionnelles d'enseignement et des systèmes éducatifs institutionnels, une éducation visant l'amélioration du système social.

 

Dans sa conception psychanalytique de l'esprit humain, Freud reconnaît très tôt l'existence de périodes charnières dans le développement de l'enfant, et de stades de développement quasi-invariants au cours desquelles des processus spécifiques ont lieu, des mécanismes psychiques particulier se mettent en place.

 

Françoise Dolto a repris les stades freudiens en y apportant des compléments. Pour elle, les stades de développement sont des temps d’humanisation qui débutent à la naissance. Ainsi, l'enfant occupe le statut de personne. Le langage verbal et non verbal prend une importance capitale dans la relation où "Tout est langage".

 

Winnicott développe le sujet de la relation parents-enfants, plus précisément mère-enfant par son expression de "mère suffisamment bonne"  et de l'objet transitionnel. Il a également mis en évidence la créativité qui existe en tout être humain. Cette créativité étant essentielle, l'environnement remplit un rôle de protection .

 

Le travail de Wallon est centré sur les processus de développement de l'enfant résultant d'une articulation entre le biologique et le social. Il s'agit d'une succession alternative de stades centripètes et stades centrifuges. Lors des stades centripètes, l’enfant se centre sur lui-même, sur la construction de sa personnalité, de son identité. Lors des stades centrifuges, l’enfant se centre sur la connaissance du monde extérieur. Cette discontinuité relative aux différents stades sous-tend que l'enfant évolue par crise. En ce sens, la crise est alors bénéfique à l'enfant.

 

Piaget distingue, dans le développement de la logique chez l'enfant, trois stades principaux: Sensori-Moteur, Concret et Formel. Chaque stade du devenir intellectuel est à la fois nouveau par rapport au stade précédent et déterminé par ce dernier. Piaget à une vision dynamique de la connaissance qui est liée à l'interaction du sujet avec son environnement.

 

Le principe d'impermanence montre que rien n'est immuable ou éternel, que chaque chose tend à disparaître ou à changer, c'est l'impermanence de toute chose. La seule constance est  le changement. L'impermanence implique une certaine souffrance car étant donné l'impermanence de toute chose, l'attachement à toute chose de ce monde est une cause de souffrance à venir. Mais c'est aussi l'impermanence qui ouvre à tous les possibles.

 

L'Humanisme est un mouvement intellectuel se développant en Europe à la Renaissance et qui, renouant avec la civilisation gréco-latine, manifeste un appétit critique de savoir, visant l'épanouissement de l'homme rendu ainsi plus humain par la culture.

 

Carl Rogers  s’est intéressé à tout ce qui concerne les relations humaines : le couple, la famille, l’enseignement, la vie sociale et politique… Son travail a totalement transformé l’art de l’écoute, non seulement dans le domaine des professions d’aide, mais aussi dans celui de la communication, de l’entreprise et du commerce. Il développe une méthode de travail qui se veut centrée sur la personne et non sur une difficulté. Cette dernière repose sur la conviction que l’homme possède un fort potentiel d’évolution et d’épanouissement inné qui se développe de lui-même pour peu qu’il bénéficie d’un contexte favorable.

 

Pour Tolstoï le point essentiel dans l'éducation réside en la liberté de l'enfant à pouvoir choisir ses apprentissages et s'affirmer en s'opposant par la négation, sans punition. 

Socrate et sa technique de maïeutique, l'art d'accoucher des idées. Par l'encouragement et la guidance progressive, il permettait à ses disciples de se questionner et de découvrir par eux-mêmes des vérités. 

Pour Rabelais, l'essentiel réside dans l'éveil de la curiosté pour doner l'envie d'étudier par soi-même. 

Chez Vivès l'homme ne cesse jamais d'apprendre: il part de ses expériences et en déduit des règles. 

Locke pense que l'enfant est exempt de savoirs et de représentations. C'est l'éducation qui fait et construit l'individu.

Pestalozzi estime que l'éducation doit être complète. il associe "la tête" - lieu d'élaboration des idées, "le coeur" - lieu de sollicitation de la sensibilité personnelle et "les mains" qui agissent. Il cherche ainsi à développer le liberté autonome de l'enfant. 

Itard invente des outils concrets pour de sactivités sensorielles et permettre la continuité entre les sens, l'intelligence et la morale. 

Pour Rousseau, l'éducateur ne doit pas entraver le développement de l'enfant qui apprend par expérimentation successive et par observation des faits de la nature. 

Séguin part des compétences existantes des enfants (porteurs de handicap) et propose des méthodes avec du matériel spécifique où l'enfant agit sur son environnement.

Itard invente des outils concrets pour de sactivités sensorielles et permettre la continuité entre les sens, l'intelligence et la morale.

Freire cherche à construire un monde plus juste en proposant de l'alphabétisation aux plus pauvres. Il voit l'éducation comme un mouvement libérateur, l'éducateur n'est pas en situation de "savant", les enfants apprennent en dialoguant et en argumentant.

 

Krishnamurti donne une nouvelle dimension à l'éducation. Elle doit aider l'enfant à devenir un être libre qui est capable d ecréer un monde neuf. Ainsi, le premier apprentissage est de se connaître soi-même en se libérant de la peur du jugement. 

Dewey est l'initiateur de la pédagogie du projet. Les connaissances se construisent dans les expériences vécues. L éducateur tient une place importante en guidant et stimulant l'enfant. Il met en avant que l'école doit faire vivre le sentiment de société. 

Ferrer prône l'autodiscipline, l'autonomie et l'entraide. L'éducation est basée sur l'observation et la réflexion. 

Pour Kerschensteiner, l'apprntissage se fait par la pratique qui se fonde sur les intérets profonds de l'enfant. 

Chez Faure, c'est par la recherche que l'apprentissage peut se faire. L'enfant apprend la liberté par le groupe. 

 

Les Francas sont une fédération nationale laïque de structures et d'activités dont la vocation est indissociablement éducative, sociale et culturelle. Leur expertise éducative, déclinée à l'échelon local, est confortée par la dynamique d'un mouvement d'éducation populaire. Ce mouvement rassemble tous ceux qui, en matière d'éducation, veulent faire émerger des idées nouvelles et stimulantes pour le développement de la cité. La Fédération nationale des Francas est une association complémentaire de l'école, reconnue d'utilité publique et agréée par de nombreux ministères.

 

La finalité que Comenuis assigne à l'éducation est de former l'homme. L'école devient alors un "atelier d'humanité" pour reprendre ses propres mots. Les éléments qui forment la nature humaine ne sont donnés à l'homme à sa naissance qu'à l'état de germes qui ne peuvent se développer que par des exercices appropriés. C'est ainsi que Comenuis fonde la nécessité absolue de l'éducation pour tous : garçons et filles, riches et pauvres, enfants doués et déficients.  L'objet de l'éducation est constitué par le développement simultané de la raison, la conscience, le langage et la possibilité d'agir.

L'éducation émotionnelle vise à inclure en matière d'éducation une nouvelle dimension qui permette de développer les compétences d'être et les compétences psychosociales pour une vie en société plus harmonieuse. 

La communication non violente a été élaboré par Marshall B. Rosenberg qui propose une "communication consciente" prenant racine sur le triptyque empathie - authenticité - responsabilité. 

La pleine conscience est un état de conscience spécifique où l'on porte intentionnellement attention et de manière non jugeante sur l'expérience du moment présent. La pleine conscience s'entraîne par la méditation formelle et des pratiques informelles. 

La pyramide des besoins de Maslow est une représentation pyramidale de la hiérarchie des besoins de l'individu. Ainsi, pour accéder au besoin se situant au sommet de la pyramide, soit le besoin de s'accomplir, les précédents besoins doivent être satisfaits.

L'intégration neuro-sensorielle  est notre capacité à comprendre et organiser les informations sensorielles provenant de notre corps et de notre environnement. Elles sont transmises par les sytèmes sensoriels comme la vision, le toucher, l'odorat, le goût, l'audition et les systèmes vestibulaires et proprioceptifs. L'intégration sensorielle est le lien entre nos sensations et notre cerveau. Ce dernier interprète et organise ces informations sensorielles qui viennent simultanément pour nous permettre de réagir de manière appropriée procurant ainsi un sentiment de maitrise de la situtaion et de confiance en soi. 

Illustration proposée par Hoptoys

Quelques citations

"Vos enfants ne sont pas vos enfants. Ils sont les fils et les filles du désir de Vie. Ils viennent par vous, mais non de vous. Et bien qu'ils soient avec vous, ils ne sont pas à vous. Vous pouvez leur donner votre amour, mais pas vos pensées car ils ont leurs propres pensées. Vous pouvez abriter leur corps, mais pas leurs âmes car les âmes habitent la maison de demain, que vous ne pouvez visiter, pas même dans vos rêves. Vous pouvez vous efforcer de leur ressembler, mais ne les obligez pas à vous ressembler car la vie ne revient pas en arrière et ne s'attarde pas sur le passé. Vous êtes les arcs qui propulsent vos enfants comme des flèches vivantes".

Le prophète, Khalil Gibran.

 

"Si tu donnes un poisson à un homme, il mangera une journée. Si tu lui apprends à pêcher, il mangera toute sa vie"

Lao Tseu

 

"Nous n'héritons pas la terre de nos parents mais nous l'empruntons à nos enfants"

Saint Exupéry

 

"A force de me planter, je vais finir par devenir une jolie fleur"

Dicton populaire

 

"Tout est impermanent"

Bouddha

 

"Ce n'est pas une âme, ce n'est pas un corps que l'on forme: c'est un homme; il ne faut pas les traiter séparément, et, comme dit Platon, il ne faut pas les éduquer l'un sans l'autre, mais les conduire de manière égale, comme un couple de chevaux attelés à un même timon"

Montaigne, les essais sur l'éducation des enfants, livre I, chapitre XXVI

 

"Semer les graines du bonheur dans le coeur des enfants"

Thich Nhat Hanh

 

" Eduquer la jeunesse, c'est prendre soin de l'esprit dans la matière, de demain dans aujourd'hui, de l'être spirituel dans la vie terrestre"

Steiner

 

"N'élevons pas nos enfants pour le monde d'aujourd'hui. Ce monde aura changé lorsqu'ils seront grands."

Montessori

 

"Il n'existe pas d'homme qui n'ait été formé par l'enfant qu'il a été"

Montessori

 

« Notre grande erreur est d’essayer d’obtenir de chacun en particulier les vertus qu’il n’a pas et de négliger de cultiver celles qu’il possède »

Marguerite Yourcenar

 

"On ne peut donner que deux choses à ses enfants: des racines et des ailes"

Goethe

" L'enfant est le père de l'homme"

William Wordsworth, l'Arc-en-ciel

Éducatrice spécialisée libérale

 

Valentine Chauprade

Diplômée d'Etat

06 69 01 99 73

Activité libérale enregistrée au répertoire des entreprises et des établissements -N°SIRET  845 101 773 00016